Simulateur de retraite complémentaire : pourquoi aucune banque ou assurance ne peut faire mieux que l’AGIRC

simulator

 

 

Vous êtes cadre, ingénieur, agent de maîtrise ou technicien supérieur ? Pour vous constituer une retraite complémentaire, vous cotisez obligatoirement avec votre employeur auprès de l’AGIRC.

Certains prétendent que vous feriez mieux de confier votre argent à une banque ou une assurance.

Avec ce simulateur, l'Ugict CGT vous propose de faire les comptes à partir de votre propre situation.

Sur :

21 réactions

  1. Bonjour,

    Je viens d’utiliser le calculateur.

    Or il est précisé qu’avec un revenu brut de 2723,88€ sur 13 mois la cotisation mensuelle es de 23,24€

    En consultant mon bulletin de salaire la cotisation ressort à 25,18€

    D’ou vient cette différence ?

    Merci par avance de vos éclaircissements.

    1. bonjour. Il s’avère que vous venez de nous aider à déceler une légère erreur. merci ! Le montant correct est bien de 25,18euros.toutes nos excuses

  2. Dès le premier pavé « Pour un salaire mensuel brut de 36 000,00 € sur 12 mois, vous cotisez seulement 2 560,32 € par mois à l’AGIRC, soit une cotisation annuelle de 30 723,86 €. », 2 560,32 € par mois à l’AGIRC m’interroge. Je viens de prendre une fiche de paie de novembre 2010 : salaire brut 3321,56 la totalité des taux salarié (2,81+7,7+0,13) et employeur (4,688+12,6+0,220) ARRCO et AGIRC représente un montant de 111,92 + 186,01=297,93.
    ????

    1. Bonjour. Vous avez rentré que vous gagnez 36 000 PAR MOIS. C’est sans doute là que se trouve l’incohérence. Il faut rentrer le salaire brut mensuel

  3. Ayant commencé de travailler à 23 ans et souhaitant partir en retraite à 62 ans à taux « plein », j’envisage de racheter 3 ans de cotisations (soit environ 50 K€). Est-ce un calcul stupide ?

  4. Bonjour.
    Je suis désolé d’apporter une vision un peu décalée par rapport aux autres commentaires, mais il me semble

    – d’abord, qu’on nous raconte une histoire de « bisounours » où donner 1000€ aujourd’hui nous donnerait automatiquement droit à 4300€ demain, sans aucun risque. Je ne vois pas comment un tel système pourrait être « soutenable » dans la durée. En effet, comme il n’y a pas de capitalisation et que les revenus des retraités sont payés par les cotisations des actifs, cela voudrait dire chaque génération devra cotiser 4,3 fois plus que la précédente pour couvrir ses revenus. Ainsi, si je cotise 10000€ au cours de ma carrière, je devrais toucher 43 000€ pendant ma retraite : c’est à dire que la génération d’actif à ce moment là devra cotiser 43 000€ pour payer mes droits… qui lui donneront donc droit à son tour à 43 000*4,3 = 184 900 € de revenus une fois leur tour de prendre leur retraite … etc.

    – Avec une pyramide des age qui s’inverse et donc un ratio cotisant / retraité qui au mieux restera stable, voire va diminuer, cela va très vite devenir compliqué. C’est donc très bien d’être solidaire avec les retraités et les personnes actuellement en situation précaires, mais c’est très égoïste et irresponsable d’attendre des génération futures qu’elles supporteront une telle charge.

    – Heureusement, la réalité est moins noire, puisque l’AGIRC est alimenté également les cotisations employeurs, qu’il faudrait évidemment prendre en compte pour comparer le système AGIRC avec d’autres systèmes (du secteur privé, mais aussi mutualiste). Ces cotisations sont un coût direct pour l’employeur, qui rentre dans les charges salariales et qui pourrait alimenter d’autres mécanismes d’épargne. D’ailleurs,

    – Au global, plutôt que de survendre ce système, je pense qu’il faudrait tenir un discours responsable qui mette en avant les valeurs de solidarité inhérentes à un système par répartition, mais qui explique aussi que pour être soutenable (et donc solidaire non seulement avec les générations plus anciennes, mais aussi avec les génération futures), un tel système doit demander à chaque génération un effort à peut prêt « constant » toutes sources de cotisations confondues.

    1. Samuel: Quelques précisions pour répondre à ton intervention.
      Tout d’abord, comme tu le fais remarquer il faut prendre en compte la cotisation « dite patronale » qui représente 60% de la cotisation totale. On parle là de l’argent engagé par le salarié qui ne cotise donc qu’ à hauteur de 40%, alors que si ce même individu souhaite placer son argent dans un système d’épargne retraite, il est seul en assumer le financement ( il y a bien sur les PERCO, mais ces accords peuvent être dénoncés à tout moment par l’employeur et on ne peut pas bâtir son assurance vieillesse sur des incertitudes). Le système français par répartition garanti que tant qu’il y aura des salaires versés dans le pays, les pensions seront payées.
      Ensuite, bien sur, il faut se donner les moyens nécessaires au financement du régime pour assurer des pensions de qualité et pour cela il faut intégrer que:
      Le PIB, c’est à dire les richesses créées chaque année dans le pays qui sont partagées entre les profits, les salariés et les retraités double sur une période de 40 ans ( en 2050 il avoisinera 3000 milliards d’euros). C’est à dire que la masse d’argent à répartir entre les différentes parties va doubler.
      Les salariés dont le revenu moyen va croître entre 1,6 et 1,8 % par an peuvent tout à fait contribuer au financement de la part destinée aux retraités qui va effectivement croître jusqu’en 2030, 2040.
      Encore faut-il que les employeurs continuent à assumer leur part de cotisation au niveau nécessaire et non pas vouloir gaver leurs actionnaires.
      Nous sommes aujourd’hui face à une guerre de classe où le patronat ne veut plus mettre un euro de plus dans la retraite de ses salariés, oubliant que ce sont ces mêmes salariés qui créent la richesse dans l’entreprise.

    2. « Avec une pyramide des age qui s’inverse et donc un ratio cotisant / retraité qui au mieux restera stable, voire va diminuer, cela va très vite devenir compliqué. C’est donc très bien d’être solidaire avec les retraités et les personnes actuellement en situation précaires, mais c’est très égoïste et irresponsable d’attendre des génération futures qu’elles supporteront une telle charge. »

      Vous oubliez un point important : la productivité. Le ratio cotisant/retraité n’a pas d’impact puisque nous produisons plus de richesse (en PIB) avec moins de gens ! Prenez les travaux de secrétariat : il y a 30 ou 40 ans, pour générer la même quantité de courrier, il fallait tout un pool de dactylos, alors que maintenant, une personne, voire deux, avec un ordinateur et une photocopieuse, peut faire tout le travail et même plus encore. Ce n’est qu’un exemple, dans une activité que je connais bien puisque j’ai été dans le secrétariat pendant des années. J’ai pu voir l’évolution du travail.

      Le problem est qu’en 30 ans, 10 points de PIB (la richesse produite et seul le travail produit de la richesse, il ne faut pas se leurrer) sont passés des poches du Travail aux poches du Capital. Notamment par les exonérations de cotisations dont les montants ont été alimenter les actionnaires, et non l’investissement (la France est de plus en plus en état de sous-investissement chronique). Les cotisations sont du salaire différé : c’est donc bien à un gigantesque hold-up que nous assistons et dont nous sommes victimes !

      Comme le dit Warren Buffett : c’est bien une guerre de classe, et c’est la classe dominante, la classe des riches qui la mène et qui est en train de la gagner.

  5. Bonjour,

    Oui bien sûr il y a ces calculs qui nous concernent tous maintenant ou bientôt, mais il ne faudrait pas se laisser enfermer.

    Le taux d’emploi des seniors en France est un des plus bas d’Europe, donc si ce ne sont pas les régimes de retraites ce seront les assurances chômage ou les alloc de solidarité qui devront prendre le relai : tout ceci relève de raisonnements de comptables, … triste, dérisoire et… révoltant. Mais dans le m^me temps les jeunes en France ont un des taux d’emploi les plus faibles: pour les comptables : c’est pas bon pour les cotisations….
    Mais dans le m^me temps on voit que l’heure de travail en France est une des plus profitable (d’un point de vue capitaliste) au monde, que les revenus du capital suivent une courbe parallèle à celle du chômage (en gros plus il y a de chômeurs, plus les revenus du capital augmentent) sans qu’aucun de nos grands penseurs ne se pose la question du terme envisageable ou les courbes vont décrocher l’une de l’autre: quand les consommateurs ne pourront plus consommer que va t’il se passer pour le revenu du capital.

    Reprenons peut-être une autre idée:

    le travail servant à enrichir le capital (la notion de non travail profitable est un leurre), taxons le capital et ses revenus pour assurer:
    – un niveau de vie
    – un capacité à une consommation raisonnée (il y d’autre sens à la vie qu’une reconnaissance par ce seul critère)
    – une maîtrise des dépenses sociales qui vont de facto s’envoler sauf à assumer la paupérisation d’une société (dont le profit immédiat est aisé à décrire, plus compliqué à terme).

    Merci de ce que vous faites, des réactions qui prouvent (peut-être ) qu’on peut encore agir…

    INDIGNONS-NOUS et si celà ne suffisait pas….

  6. En effet, l’argent cotisé pour la vieillesse et la maladie est immédiatement reversé à ceux qui sont à la retraite et/ou malades. Des milliards qui tous les jours passent de la poche de l’actif à celle du retraité, du bien-portant dans celle du malade.
    Et c’est bien ce qui rend fous le MEDEF, les banquiers, les financiers !
    Ca ne passe pas par leurs poches, ils peuvent difficilement nous ponctionner, rentabiliser, récuperer, voler…

  7. Lisette a tout à fait raison, il n’y a rien à rajouter.

    Il est évident qu’Olivier ne doit pas être mathématicien, il n’était pas nécessaire de le préciser. Mais son prof de Math sera certainement en capacité de lui expliquer, surtout si il est à la CGT.

    Chauvin, tu n’as pas bien lu les fiches. L’argent est immédiatement utilisé pour payer les pensions des retraités.Il ne va nulle part, plus transparent que ça, c’est difficile.

  8. Olivier,
    Ton calcul est totalement faux : tu as oublié de multiplier par 42 années !

    Chaque année cotisée rapporte un droit annuel à retraite de 52,22 euros. Si, selon ton exemple, tu cotises pendant 42 ans, ton droit annuel à retraite sera de : 52,22 * 42 = 2193,25 euros
    … que tu percevras chaque année pendant 25 ans soit au total
    2193,24 euros * 25 ans = 54 831 euros de pension perçue en tout pendant ta retraite.

    Pour le calcul du total des cotisations de carrière, tu ne t’es pas trompé (tu as bien multiplié par 42 ans !) :
    302.16 € pour un an, soit 12690,72 € pour tes 42 ans de cotisation.

    Donc pendant ta retraite tu vas effectivement percevoir 4,3 fois de plus que tu n’as cotisé !

    T’as intérêt à présenter des excuses avant de partir en retraite 😉
    Et il faut défendre ce régime !
    Bien cordialement,
    Lisette

  9. On ne peut pas comparer sauf ce qui est comparable……Pensons à l’action sociale qui n’existe pas avec les produits d’epargne retraite……prèt à l’accession à la propriété, bourses d’etudes superieures, points gratuits en cas de chomage partiel et de meme en cas de maladie de plus de 2 mois continus……

    Cotisant à l’agirc depuis 1983, j’en ai beneficié et je ne suis pas parti en retraite qu’en avril 2013….

    il ne faut pas oublier la fameuse garantie minimale de points signé par la CGT : dans ma societé, 95% des salaries partant en retraite en beneficie alors que la plupart n’ont jamais atteint en salaire le plafond de cotisation….

  10. Voici un autre calcul qui résume mon précédent message et qui conclue sur un « amortissement » de mes cotisations à la retraite. Mais en prenant le montant que vous donnez de 52,22 € de retraite par mois et non par an.
    Et je ne suis pas un mathématicien !!!

    J’ai 20 ans en 2015 et on considère que mon age à la retraite sera toujours à 62 ans donc en 2057.

    42 ans de cotisation soit :
    25,18€/mois => (25,18*12*42) => 12.690,72 €
    25 ans de retraite soit :
    52,22 €/an => (52,22*25) => 1.305,50 €
    Donc un rapport de 9,72 (12.690,72/1.305,50)

    25 ans de retraite soit :
    52,22€/mois => 626,64 €/an => (52,22*12*25) => 15.666,00 €

    15.666,00 – 12.690,72 = 2.975,28 €
    2.975,28 € / (52,22*12) = 4,74

    4,74 correspond à une durée pour en retrouver le nombre d’année, de mois et de jours voici le calcul.

    4 étant le nombre d’année, on enlève donc 4 à ce chiffre 4,74
    4,74 – 4 => 0,74 * 12 (12 étant le nombre de mois dans une année) on obtiens 8,88
    8 étant le nombre de mois on ôte donc 8 à ce chiffre 8,88
    ce qui nous donne
    8,88 – 8 => 0,88 * 30,41=> 26,76 (30,41 étant le nombre de jours / mois pour une année (365/12))
    26 étant le nombre jours.

    On ôte la durée 4,74 (soit 4 ans 8 mois et 26 jours) des 25 ans et on obtiens 20 ans 3 mois et 4 jours.

    Je rentrerais donc en positif de ce que j’ai cotiser sur 42 ans après 20 ans 3 mois et 4 jours !!!

    Ce qui est plus logique que votre conclusion :
    « D’ailleurs, avec 52,22 € de pension par an lors de votre retraite, vous aurez récupéré votre cotisation initiale de 302,13 € en moins de 6 ans. Donc pendant 19 ans, vous recevrez plus que vous n’aurez cotisé, soit 1 003,37 € de plus que votre cotisation. »

    Donc en 2052 lorsque j’aurais 82 ans, 3 mois et 4 jours je toucherais en retraite plus que j’aurais cotisé !!!
    Et comme je vais vivre jusqu’à mes 105 ans comme mon père.
    Je serais en positif sur mes cotisations de 14.412,72 €, non ?

    Démontrer moi que j’ai tort et je vous présenterais mes excuses mais bon d’ici là je serait à la retraite !!!

    Cordialement votre,

  11. Je reviens de nouveau sur vos chiffres !!!! Ils sont totalement faux.

    Suivez mon raisonnement (prenez un café et asseyez-vous) :

    Disons que j’ai 20 ans et que je vais cotiser pendant 42 ans votre somme de 25,18 €/mois (pas d’inflation ni d’augmentation de l’age a la retraite ou de décote) voilà le calcul a faire : (25,18 x 12) => 302.16 € pour un an soit 12690,72 € pour mes 42 ans de cotisation.

    Nous partons ensuite avec votre montant de 52,22 € de pension annuelle de retraite soit sur votre durée de 25 ans la somme de 1305,50 € de rente totale !!!

    D’où avez vous vu que ma retraite sera de 4,3 fois mes cotisations ?

    Vous écrivez « D’ailleurs, avec 52,22 € de pension par an lors de votre retraite, vous aurez récupéré votre cotisation initiale de 302,13 € en moins de 6 ans. Donc pendant 19 ans, vous recevrez plus que vous n’aurez cotisé, soit 1 003,37 € de plus que votre cotisation. »

    Comment pouvez-vous écrire cela ? Durant mes 42 ans de cotisation j’ai été prélevé de 12690,72 € et au rythme de 52,22 € récupéré par an je devrais vivre plus de 244 ans pour dépasser ce que j’ai cotiser !!!!
    Je ne comprend pas comment vous pouvez laisser passer ce genre d’articles ?

    Bien sur que votre calcul est faux ? Cela saute aux yeux car votre coefficient de 4,3 est mathématiquement utopique. Et dire que vous en avez fait tout un article pour vous planter en beauté. heureusement que votre site n’est pas vu de milliers de personnes (au moins 5 qui ont laissé un commentaire) car faire ce genre de calcul n’est pas sérieux !!!

    Refaites votre article en citant cette fois ci les bons chiffres pour ma part je fais une capture écran de cette page et l’envoie a mon prof de math. ce dernier va bien rire surtout qu’il est a la CGT !!!
    J’espère que l’auteur de l’article n’est pas dans la gestion d’une entreprise ou dans une trésorerie car ça fait peur !!!

    CQFD, comme dirait mon prof de math !!!

    Cordialement votre,

  12. Bonjour,
    Certes l’AGIRC doit être plus intéressant. Mais où va cet argent?
    Si au moins la transparence nous était donné de ce qui est fait avec. Peut être serait il encore plus motivant de soutenir cette proposition.
    Si l’argent est utilisé pour la construction de logement à haut taux de rendement énergétique, on gagne tous sur notre facture énergétique et sur le climat. Rasons l’ancien et construisons du neuf. Cela fait de l’emploi et améliore le cadre de vie.

  13. Pour répondre à V Ferrier,

    Il manque en effet la part employeur qui n’est pas négligeable.
    Mais il y a d’autres paramètres à prendre en compte :
    – Le taux de chômage (plus il est faible plus il y a de l’argent cotisé)
    – Le taux de natalité
    – L’espérance de vie…

    Mais une chose est sûre, aucune banque ni assurance ne peut garantir une telle redistribution.
    Battons nous pour pérenniser ce système.

  14. Bonjour,

    Pour répondre a V Ferrier
    Il manque en effet la part employeur qui est non négligeable.
    Mais d’autre variable rentre en compte, comme :
    – Le taux d’activité (plus il y a de cotissant plus il y a d’argents)
    – L’espérance de vie….

    Quoi qu’il en soit jamais en effet une banque (devenus spéculatives par nature) ou assurance de peu garantir le même régime.

  15. Bonjour
    Effectivement seule la part salariale est prise en compte. L’objectif de la simulation est de mettre en évidence la différence de rendement entre notre système de retraite obligatoire par répartition et une épargne individuelle. Dans le cadre d’une épargne individuelle il n’ y a pas de part patronale et dans le cadre d’un PERCO celle-ci peut être remise en cause d’une année sur l’ autre et tout ceci sans parler des risques inhérents aux placements boursiers.
    Il faut donc comparer ce qui est comparable’
    Fraternellement

  16. Je ne comprends pas vos chiffres, il me semble qu’il manque la part employeur des cotisations, sinon un régime de retraite qui permettrait de récupérer en 6 ans ses cotisations et bénéficier d’une rente pendant 19 ans en faisant payer les génération qui suivent serait pire que Madoff. Merci de m’éclairer

    Cordialement

    V Ferrier

  17. Tout simplement un grand merci d’une manière générale pour votre très bon boulot, vos analyses pertinentes, et ici ce simulateur très parlant!!

    Comme quoi ça date pas d’aujourd’hui: des chiffres valent parfois mieux que des longs discours….

    Bonne continuation!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *